REFLEXION

A CAUSE DE LA FAIBLE PLUVIOMETRIE : Des agriculteurs recourent aux eaux usées pour l’irrigation

Un grand nombre d’agriculteurs ont été contraints pour faire face au spectre de la soif et de la sécheresse, qui frappe l’Algérie en général et la wilaya d’Oran en particulier, depuis plusieurs mois, de réfléchir aux moyens les plus efficaces pour protéger leurs terres de la destruction et à éviter la faillite et les pertes.



Les moyens sont différents et variés, où le phénomène d’irrigation par certains agriculteurs de leurs terres aux eaux usées est réapparu, ce qui se répercute négativement sur la santé du consommateur qui ne s’est pas encore réveillé du choc des augmentations des prix pour se retrouver menacé par la maladie à la suite de sa consommation des produits agricoles irrigués aux eaux usées. Dans ce contexte, des sources bien informées de la Direction de l'Agriculture,  affirment que le risque existe plus spécifiquement à travers les autoroutes, qui sont devenues attrayantes pour d’innombrables citoyens qui préfèrent garer leurs voitures et acquérir des légumes exposés sur le bord de la route par les jeunes, sans se soucier le moindre du monde du danger résultant de ces actions, sachant que les interventions quotidiennes des services de sécurité ont révélé un grand nombre de violations où se cachent derrière, des personnes sans conscience, dont leur seul souci est la collecte des profits au détriment de la santé des citoyens, en échange  de produits irrigués aux eaux usées. Pour ce qui est des méthodes par lesquelles les agriculteurs procèdent à l’obtention de l'eau pour irriguer leur terre, a ajouté la même source, ils doivent percer des trous dans les canaux d’assainissement géants qui passent près d'eux et qui concernent des complexes résidentiels, et le résultat ce sont des fuites d’eau et l'accès ensuite à leurs terres, sous le prétexte, qu’ils ne possèdent pas de moyens pour forer des puits, une donnée qui a incité les services concernés à intensifier des visites sur le terrain et à l'ouverture d'un service particulier pour recevoir les plaintes et les messages anonymes pour traquer les criminels, sachant qu'il a été enregistré l'année dernière plus de 30 cas concernant l’irrigation des terres aux eaux usées, où il a été poursuivis en justice les propriétaires de ces abus visant à prévenir leur récurrence.

Touffik
Dimanche 3 Janvier 2016 - 17:12
Lu 151 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+