REFLEXION

A CAUSE D’UN DIFFEREND AVEC SON FILS : Une femme de 99 ans poignardée par son voisin à Oran



Il a comparu avant-hier  devant le tribunal correctionnel d’Oran, un suspect âgé d’une quarantaine d’années poursuivi pour agression à l’arme blanche et menace, où il a été requis à son encontre par le représentant du parquet général, une peine de 03 ans de prison ferme assortie d’une amende. Les faits de cette affaire remontent aux tout derniers jours à Sidi El Bachir après que la victime, une vieille femme âgée de 99 ans s’est rapprochée auprès des services de sécurité pour déposer une plainte officielle après avoir été agressée avec une arme blanche, par un coup de poignard au niveau de l’épaule par l’accusé qui habite à côté, et cela à cause d’une altercation verbale entre l’accusé et  le fils de la victime à cause d’un différend, et devant cette situation, la vieille a voulu interférer pour calmer  ce conflit, et dans cet intervalle, elle a été agressée par le suspect avec  une  « Bouchia » en  lui proférant des menaces de mort. Blessée à l’épaule, la victime a été évacuée à l'hôpital et soumise à un traitement où elle a bénéficié d’un certificat médical d’incapacité, suite auquel une enquête a été ouverte par les services de sécurité qui a conduit à l’arrestation de l'accusé puis présenté devant la justice. Lors de l'audience l'accusé a nié ce qui lui a été reproché,  en soulignant qu'il n'avait pas l’intention de frapper ou blesser la victime,  en ajoutant que c’est lui qui a été agressé le premier par le fils de la victime qui a exigé un dédommagement financier de 50 millions de centimes en raison des blessures  subies par lui. Alors que la défense de l'accusé a confirmé que le certificat ne prouve pas que la victime ait subi une blessure grave, et  qu’elle ne dépassait pas le niveau d'une petite blessure à la main, tout en  demandant l'acquittement de son mandant du fait qu’il avait rejeté en bloc les accusations portées à son encontre. Quant au représentant du ministère après un réquisitoire où il a évoqué que les preuves sont tangibles et avait requis une peine de trois ans de prison contre l’inculpé. La délibération a été reportée à la prochaine audience par le tribunal.        

Touffik
Vendredi 17 Octobre 2014 - 16:48
Lu 376 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+