REFLEXION

8000 FEMMES ET 1170 MOINS DE 20 ANS : Plus de 15000 diabétiques à Relizane

Le diabète à Relizane a atteint des proportions inquiétantes et ne cesse de se proliférer au sein de la population. Cette tendance inquiète de plus en plus les responsables de l’association des diabétiques, notamment son président M. Noureddine Boucetta et président de la fédération nationale des diabétiques, que nous avons rencontré dans la matinée d’hier à la maison du diabétique et qui a bien voulu nous livrer ses impressions et ses appréhensions concernant cette maladie.



8000 FEMMES ET 1170 MOINS DE 20 ANS : Plus de 15000 diabétiques à Relizane
L’association des diabétiques de la wilaya de Relizane, agit principalement sur la relation humaine en apportant aide et assistance ainsi que son soutien aux malades atteints du diabète, notamment en matière de sensibilisation et de prévention. Actuellement la wilaya de Relizane dépasse le seuil dramatique des 15000 diabétiques dont on dénombre plus de 8000 femmes, selon M. N.Boucetta, président de ladite association. Notre interlocuteur précise par ailleurs, que pas moins de 1170 diabétiques ont moins de 20 ans dans la wilaya de Relizane. “Les missions de l’association des diabétiques sont multiples”, nous dira son président, il existe une plate-forme sur laquelle repose toute l’association en tant que structure agissante, qui se résume en plusieurs points et il nous citera entre autres, la prise en charge du programme de l’association au sein des structures hospitalières et pharmaceutiques, à l’image des hôpitaux, des établissements polyvalents relevant du secteur de la santé publique, ainsi que les officines pharmaceutiques, conventionnés avec la CNAS, et le troisième et dernier point dont M. Boucetta semble lui tenir à cœur de par le caractère important qu’il revêt et qui consiste en le suivi médical des enfants diabétiques scolarisés, des femmes enceintes atteintes du diabète, plus particulièrement celles résidantes dans les zones rurales et suburbaines. Et ce, pour permettre à cette frange de citoyens un suivi rigoureux sur le plan médical et de la prévention jusqu’à l’ultime étape qu’est l’accouchement.
Sur un autre registre, M. N.Boucetta soulève un problème d’une grande importance qui se résume sur le fait qu’il existe sur les 15000 malades recensés, entre 15 et 25 % qui n’ont aucune couverture sociale.
Ceci reste l’une des préoccupations majeures de l’association, puisque ces malades n,’arrivent pas à eux seuls à subvenir à leurs besoins médicamenteux, notamment ceux qui sont traités à l’insuline. Devant cet état de fait, notre interlocuteur, a précisé que l’association multiplie les campagnes de sensibilisation en mettant en avant le slogan « Si tu ne le prends pas comme Ami, il te prendra pour ennemi » tout en tenant des programmes établis au niveau international, national et local, sachant qu’au niveau mondial, le nombre de diabétiques a atteint les 240 millions , ce nombre sera multiplié par deux d’ici l’an 2020. S’agissant maintenant des campagnes de sensibilisation en préparation pour le mois sacré de Ramadhan, l’association est décidée plus que jamais à mettre les bouchées double pour atteindre ses objectifs avec le slogan « Le reconnaitre et le contrôler ». Concernant les structures spécialisées devant prendre en charge cette catégorie de malades, M.Boucetta dira, que “l’Algérie dispose d’un important potentiel en la matière, d’équipements modernes et d’un personnel médical spécialisé très qualifiés.” Dans ce contexte, l’association prodigue quotidiennement au niveau de la maison du diabétique, des conseils aux malades devant leur servir de guide dans les démarches qu’ils sont appelés à effectuer. « Nous responsables de l’association, nous ne sommes pas les décideurs, nous sommes les représentants des diabétiques qui veillont à leur protection et à leur soutien, tout en sollicitant des responsables de l’administration et à leur tête M. Le Wali tout l’appui et toute l’aide voulu pour venir à bout des problèmes que rencontre cette catégorie de malades », lancera M.Boucetta. Pour la wilaya de Relizane, le secteur de la santé accuse un déficit en diabétologie, en gynécologie et en chirurgie, ce qui complique davantage la prise en charge du malade diabétique. Toutefois, M.Boucetta, note que l’association est soutenue financièrement par des âmes charitables, ainsi qu’une subvention allouée par M. Le Wali de Relizane. Enfin, notre interlocuteur a tenu à lancer un appel en direction du directeur de la santé publique de la wilaya, à l’effet de mettre à la disposition des malades, des spécialistes au niveau de l’hôpital Mohamed Boudiaf, pour une meilleur prise en charge, sachant que plus de 25 % des patients ne disposent pas de couverture sociale.

B. Dalila
Mardi 15 Juin 2010 - 10:39
Lu 350 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+