REFLEXION

8 MARS : Le défi de la femme algérienne

La journée du 8 mars est une journée réservée spécialement pour les femmes à travers le monde entier. Elle marque les luttes et les combats menés par ces dernières pour l’acquisition de leur droit acquis en matière
de lutte pour la légalité, la justice, la dignité et la considération.



Le 8 mars, pour la femme algérienne symbolise la lutte contre la violence, la dénonciation du mépris, ainsi que sa participation au développement du pays. En effet, c’est aujourd’hui que les algériennes à l’instar des autres femmes de toute la planète célèbrent cette journée internationale, tout en gardant leur statut traditionnel de femme musulmane en respectant les traditions et les principes hérités de leurs ainées. Cette célébration rappelle aussi leurs belles avancées dans le monde moderne du travail, de la technologie etc…, où elles se sont intégrées et dont elles ne peuvent qu’en être fière. Tout en fêtant cette journée mondiale, la femme algérienne en général, ne peut s’empêcher d’avoir une pensée pieuse pour plusieurs de ses sœurs, mères, grands-mères qui ont accompli leur devoir tout en combattant les armes à la main aux côtés des hommes dans les champs d’honneur et ailleurs, afin de défendre les acquis de la révolution algérienne, où des dizaines parmi elles sont mortes tuées par les balles assassines de l’ennemi.  Effectivement, cette journée est dédiée à la femme qui avec son frère l’homme a fait l’histoire de l’Algérie, d’où l’on peut dire que cette dernière a puisé ses racines dans le combat qu’elle a mené pour participer à la lutte contre l’oppresseur quel que soit sa nature, son origine et ce sur un pied d’égalité avec les hommes. Rendons hommage en cette journée internationale mémorable à toutes ces femmes martyres qui ont payé un lourd tribut lors de la révolution algérienne. Le combat de la femme algérienne ne s’est pas limité uniquement à sa participation à la lutte pour la liberté de l’Algérie, il continue, on la voit participer au côté de son frère l’homme à toutes les actions entreprises et menées que ce soit dans un cadre social, politique ou autre dans l’intérêt du pays et de la nation toute entière.  

Histoire de la journée de la femme
La journée internationale de la femme est issue de l'histoire des luttes des femmes menées un peu partout dans le monde. Ce n’est que le 28 février 1909 qu’une Journée nationale de la femme (National Woman's Day) est célébrée aux États-Unis à l'appel du Parti socialiste d'Amérique. À la suite d'une proposition de Clara Zetkin en août 1910, l'Internationale socialiste des femmes célèbre le 19 mars 1911 la première Journée internationale des femmes revendiquant le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. Des rassemblements et manifestations ont dès lors lieu tous les ans, et ce n’est qu'en 1977 que les Nations unies officialisent la journée, invitant tous les pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes. La Journée internationale pour les droits des femmes fait partie des 87 journées internationales reconnues ou initiées par l'ONU.     
                 
Une date contestée
"La Journée internationale de la femme puise ses origines dans des manifestations de femmes du début du 20e siècle, réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les sexes", nous apprend l'institution sur le site de l’Unesco. Mais de nombreuses dates ont jalonné cette lutte pour l'émancipation des femmes. En 1911, d'ailleurs, lorsque les Etats-Unis et de nombreux pays d'Europe ont pour la première fois célébré une journée des femmes - le principe avait été acté l'année précédente, lors d'une conférence internationale des femmes socialistes à Copenhague -, c'est le 19 mars qui avait été choisi, en souvenir du Printemps des peuples de 1848 et de la Commune de Paris (1871). Alors, pourquoi le 8 mars ? Un indice : les pays socialistes célébraient déjà les femmes ce jour-là, depuis plusieurs décennies avant que l'ONU, ne l'officialise. Cette date renvoie en effet à l'histoire soviétique et à la Révolution russe de... février 1917. Ce sont les ouvrières qui, le 23 de ce mois-là, ont mis le feu aux poudres en manifestant pour réclamer du pain et le retour des hommes partis au front. Or, le 23 février du calendrier julien que la Russie utilisait alors correspond au 8 mars de notre calendrier grégorien.

Contexte international spécial
Ce 8 mars 2017 sortira à coup sûr de la routine annuelle de ce jour imposé où l'on semble se rappeler que les inégalités entre les sexes, loin de se résorber, s'aggravent encore. L'accession de Donald Trump, et son machisme en bandoulière, à la présidence des Etats-Unis donne un coup de fouet bienvenu aux mouvements des femmes dans le monde entier. Cela aurait pu être un bel anniversaire, joyeux, pour cette 40ème édition de la Journée internationale des droits des femmes érigée par les Nations Unies. Mais en ces temps de régression généralisée, d'un bout à l'autre de la planète, du Nord au Sud, d'Est en Ouest, elles n'ont pas fini de marcher les Terriennes. Après le succès mondial de la Women's march du 21 janvier 2017, une nouvelle étape devrait être franchie ce 8 mars 2017 avec un appel à la grève des femmes, tout autour de la terre, de quelques secondes, minutes ou d'une journée entière.

 

B. Adda
Mardi 7 Mars 2017 - 19:30
Lu 1818 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي