REFLEXION

7000 DA pour deux poches de sang



Dans une clinique publique à Oran, une femme fut admise pour une césarienne programmée. Mais pour que l’intervention soit effectuée, le médecin qui devait la prendre en charge, lui a demandé d’acheter deux poches de sang pour les besoins de l’opération. A son grand étonnement, la dame réplique par une question : est-ce qu’on vend du sang et où ? Le médecin lui fit signe que oui et la renseigna même sur le prix qui est de 3500 DA l’unité. Après quelques investigations, il s’est avéré que le médecin en question voulait tout simplement un petit supplément illégal de 7000 DA à mettre en poche, puisque le sang est fourni sur place en cas d’urgence. Il n’y a rien de mal, si un médecin se convertit en commerçant, question d’arrondir le mois. Ce n’est pas méchant sauf que..!

Réflexion
Dimanche 20 Février 2011 - 23:01
Lu 210 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+