REFLEXION

6EME COLLOQUE SUR LA COMMUNICATION CONSTITUTIONNELLE EN ALGERIE: Nacer Mehal à Mostaganem: ’’ Les journalistes seront associés dans l’élaboration de la nouvelle loi de l’information’’

M. Nacer Mehal, ministre de la communication : « On va discuter dans les prochaines semaines de la nouvelle loi sur l’information avec le concours, bien sûr, de tous les concernés et va aussi mettre en place une commission indépendante d’experts nationaux, dans le domaine des médias audiovisuels, de la communication et de l’information. »



6EME COLLOQUE  SUR LA COMMUNICATION CONSTITUTIONNELLE EN ALGERIE: Nacer Mehal à Mostaganem: ’’ Les journalistes seront associés  dans l’élaboration de la nouvelle loi de l’information’’
Homme de communication, M. le ministre s’est adapté au discours moderne. Il n’est plus question de langue de bois, de discours fleuves et d’intervention obsolètes. C’est ainsi qu’a été vu après relecture l’allocution de M. le ministre de la communication, M. Nacer Mehal, hier, devant une forte assistance.
Y étaient présents le wali de Mostaganem, M. Ouadah Hocine, le recteur de l’Université de Mostaganem, M. Seddiki M’hamed Salah Eddine et son vice-recteur M. Chaalal Ahmed, le doyen de la faculté des sciences sociales, M. Hadj Smaha Djilali, le chef de l’Apw de Mostaganem, M. Soltani Belghali en même temps que les autorités locales, une foule de journalistes et une forte affluence d’étudiants dont près d’une centaine dirigés expressément par l’Université Djilali Liabès de Sidi Belabbès.
Organisé par l’Université Abdelhamid Benbadis de Mostaganem, à l’occasion de la journée mondiale de la liberté d’expression et dont honneur a été fait à M. le ministre d’en donner le coup d’envoi, le Colloque sur la communication constitutionnelle en Algérie, se tiendra jusqu’à demain, sous l’égide de M. Bouamam Larbi, chef du département des sciences de l’information et de la communication.
Invité par le recteur, M. Seddiki M'hamed Salah Eddine, M. le ministre a surpris l’assistance en commençant son intervention par une histoire réelle, toujours dans le domaine de la communication, et qu’il a su relater sous forme de conte après les salutations d’usage, les souhaits de meilleurs vœux aux journalistes à l’occasion de la journée mondiale de la liberté d’expression, tout en exprimant sa joie de voir tant de visages jeunes, et une pensée à ceux qui, depuis l’indépendance et bien avant n’ont ménagé aucun effort pour jeter les bases de nos médias..
M. le ministre, s’est dit heureux de se trouver à l’université de Mostaganem avec une casquette de pédagogue et délivrer un message politique.
« Une bonne partie de l’avenir est basée sur la communication, a-t-il dit en substance, avant de conter à l’assistance l’histoire d’Adriana Huffington, cette grande figure des médias aux Etats Unis d’Amérique. En effet cette dame, d’origine grecque, co-fondatrice en 2005 du site d’information en ligne « The Hufington Post », a su profiter de l’opportunité du net et du savoir-faire de la communication. En effet, non seulement ses informations touchent tous les domaines, mais aussi elle a hébergé des blogs de petites gens et des diverses vidéos. Malgré la campagne de dénigrement lancée contre elle et contre son procédé de faire l’information, elle a revendu, en février dernier pour 315 millions de dollars, son site qui accueille 27 millions de visiteurs par mois. « Je me suis assurée un rente annuelle de 4 millions de dollars et n’en déplaise à mes détracteurs vingt-sept millions de visiteurs me suivent. »
Selon M. Nacer Mehal, la morale de cette histoire à l’américaine, en ce monde moderne de la communication et des technologies nouvelles, est « qu’il faut savoir trouver le bon lien entre les idées et le marché. Les idées de cette dame, étaient combiner le meilleur du vieux journalisme dont la vérification des informations, l’exactitude, le sens du récit avec le nouveau journalisme et son immédiateté, sa vitesse et sa transparence. Autant vous dire que le monde de production de l’information changera et changera très vite selon le pays et les moyens mis pour organiser la mutation. »
« Chez nous, les gens regardent encore des ministres assis dans des fauteuils, alors qu’ailleurs, vous pouvez recevoir des informations sur votre Ipod ou Ipad tout en galopant sur votre cheval. Inutile de souligner que la circulation de l’information se fait aisément. Il suffit d’un clic seulement pour recevoir l’information. C’est si facile que beaucoup prédisent que dans moins de vingt ans, le journal sur papier disparaitra. Mais là, je préfère la prudence, car il en a été de même avec l’avènement de la télévision qui n’a pas fait disparaître les salles de cinéma.
« Qu’en est-il chez nous ? Les évolutions arrivent lentement, mais surement parce que nous sommes condamnés à revoir toute notre conception des choses, d’organiser l’avenir et le devenir de la communication en Algérie. Comme vous l’avez constaté, le président de la République a donné hier le ton des réformes prochaines et parmi ces réformes, des réformes dans le secteur de la communication. On va discuter dans les prochaines semaines de la nouvelle loi sur l’information avec le concours, bien sûr, de tous les concernés et on va aussi mettre en place une commission indépendante d’experts nationaux, dans le domaine des médias audiovisuels, de la communication et de l’information. J’insiste sur « commission indépendante ». C’est vous dire le chantier important qui s’annonce et surtout les déclinaisons attendues pour faire que la communication soit moderne basée sur les nouvelles technologies, sur internet et à travers internet sur les réseaux sociaux de sorte que la communication de demain soit la plus proche possible moyen de véhiculer le message du citoyen tout en trouvant des réponses à toutes ses interrogations.
« Aux jeunes assoiffés de savoir et tout en rendant hommage au doyen et professeurs qui vont entrer dans le débat aujourd’hui et demain, grâce à vos idées, de l’écoute et du respect de vos professeurs, votre imagination, votre soif à apprendre et avec tous les capteurs ouverts, vous pourrez intégrer l’essentiel de la connaissance et l’essentiel des progrès technologiques pour que demain l’Algérie soit de plein pied dans le domaine de la communication moderne au service du débat. Pas un débat à sens unique, mais le débat contradictoire. Le débat du progrès, le débat de la démocratie au service de la liberté d’expression dans le respect des règles éthiques et déontologique. »
A ces mots et sous les applaudissements de l’assistance, M. le ministre déclara ouvert le Colloque de l’information institutionnelle.

C’est hier aux environs de neuf heures que M. Nacer Mehal, ministre de la communication a franchi le porche de la prestigieuse université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem. Tout ouvert, ce même porche a vu défiler des éminences venues d’autres universités ainsi que des étudiants également arrivés d’autres wilayas du pays.


Benatia B.
Vendredi 6 Mai 2011 - 10:41
Lu 744 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+