REFLEXION

5EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : Une reconnaissance à Sidi Lakhdar BenKhlouf

C’est jeudi dernier, que la cinquième édition du festival national du melhoun a été inaugurée à la maison de la culture « Ould Abderrahmane Kaki », en présence de M.Bendamèche Abdelkader, président du conseil des arts et des lettres au ministère de la culture, en sa qualité de commissaire du festival, du secrétaire général de la wilaya et des autorités locales.



La perle de la Méditerranée, ville des 08 saints protecteurs du Dahra (Sidi Mazouz, Sidi Saïd, Sidi El Madjdoub, Sidi Abdelkader El Djilani, Sidi Kharchouch, Sidi Belkacem, Sidi Bendehiba El Medjahri et Sidi Lakhdar BenKhlouf) a abrité pour la cinquième année consécutive, l’édition du festival national culturel de la poésie du melhoun, sous le haut patronage du ministère de la culture et la collaboration de la wilaya de Mostaganem. Cette rencontre nationale a été inaugurée  jeudi dernier en soirée, à la maison de la culture « Ould Abderrahmane Kaki », par M.Bendamèche Abdelkader en sa qualité de commissaire du festival et le secrétaire général de la wilaya, M. Messaoud Hadjadj, en présence des autorités locales et de quelques directeurs de l’exécutif. Cette manifestation culturelle, comme les éditions précédentes, tient à rendre annuellement hommage à l’un des chantres du melhoun, dont Mostaganem en est le berceau de ce genre poétique ancestral, de par les divers cheikhs qui l’écrivaient et que d’autres chantaient. Pour cette cinquième, un vibrant hommage a été rendu au valeureux guerrier et poète Sidi  Lakhdar Ben Khlouf, le meddah du prophète Mohamed (QSSSL). Ce dernier   fort connu et largement apprécié dans tout le Maghreb grâce à sa poésie et des milliers de vers à la gloire du prophète.  Son art et sa maitrise de la poésie du melhoun lui ont permis de décrire la célèbre bataille celle de Mazagran de l’année 1558 à travers des vers formidablement ficelés avec une minutie sans égal. Notons que Sidi Lakhdar était un érudit versé dans les sciences, qui a été, au cours de sa longue vie, versificateur, moudjahid, voyageur, sociologue, chroniqueur et prédicateur. Ses quacidates ont été reprises et chantées par les grands cheikhs de la chanson algérienne, dont Bouadjadj, Hamada, El Anka, Guerouabi, El Ankis, Bourdib et tant d’autres qui y ont puisé leurs plus belles chansons  de la poésie de ce dernier. Ce festival  reste un évènement culturel qui tient à préserver cette poésie qui remonte si loin dans le temps, afin de la sauvegarder en la transmettant d’une génération à une autre. Cette édition a été marquée par l’absence du chanteur Ahmed Zeguiche, décédé au mois de Juin dernier, dont un honneur a été rendu à sa famille par le commissaire du festival, le secrétaire général de la wilaya et le président de l’assemblée populaire de wilaya.

Belayachi Naboussi
Vendredi 15 Septembre 2017 - 17:57
Lu 350 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 21-11-2017.pdf
3.67 Mo - 20/11/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+