REFLEXION

50 ans d’indépendance de l’Algérie, fêtée dans l’indifférence de la population algérienne

Les 50 ans d’indépendance de l’Algérie, ont été fêtés dans l’indifférence de la majorité de la population algérienne confrontée à la dure réalité quotidienne qui n’a pas compris le pourquoi de ces dépenses somptueuses alors que la misère s’accentue



50 ans d’indépendance de l’Algérie, fêtée dans l’indifférence de la population algérienne
1.-Cinquante  ans d’indépendance politique, nous ne pouvons pas ne pas reconnaître le décalage qui existe entre les potentialités que recèle l’Algérie, et elles sont énormes, et le niveau de développement proprement dérisoire que le pays a atteint après plusieurs décennies d’indépendance. L’entrave principale au développement en Algérie trouve son explication en l’entropie et une gouvernance mitigée. Le pouvoir actuel est conscient  des importants bouleversements géostratégiques qui s’annoncent dans notre région, qui auront un  impact sur la société algérienne ? Ne vit-il pas de  l’illusion des années 1970 en dépensant sans compter sur la base d’un cours  de pétrole entre 110/120 dollars ? Selon le rapport MENA  l’Algérie dépense deux fois plus pour avoir deux fois moins de résultats par  rapport à des pays similaires traduisant une corruption socialisée et la mauvaise gestion. Selon le rapport du 02 juillet  2012 de la banque d’Algérie, les réserves de change sont  estimées officiellement  à 182,2 milliards de dollars fin 2011 dont 148,33 milliards de dollars,   81,40% placées à l’étranger, répartis entre les Etats-Unis et l'Europe. Outre la problématique du rendement, n’est ce pas  une illusion monétaire, une richesse virtuelle provenant des hydrocarbures ?   En moyenne   80% du produit intérieur brut, de la fiscalité   directement et indirectement provient des hydrocarbures, 98% des recettes en devises et important 70/75% des besoins des ménages et des entreprises publiques  et privées  dont le  taux d’intégration ne dépasse pas 15%. Le  taux de chômage  est alarmant touchant   plus les jeunes et paradoxalement les diplômés,  que voilent les emplois improductifs. Et ce  avec une dominance de la sphère informelle liée à la logique rentière qui contrôle  65% des segments des produits de première nécessité, 40% de la masse monétaire en circulation , jouant à court terme comme soupape de sécurité mais étant un frein  au développement à moyen terme. Le taux d’inflation dont la  compréhension doit lier les relations dialectiques entre   le modèle d’accumulation, la répartition du revenu et le modèle de consommation par couches sociales avec une concentration  excessive et croissante du revenu national ( via la captation de la rente des hydrocarbures)  au profit d’une minorité de couches rentières, est largement supérieur au taux officiel déjà élevé du fait  de versements  de salaires sans contreparties productives ( masse monétaire en croissance) afin de calmer transitoirement le front social. Une analyse objective doit  mesurer  la corrélation entre la dépense et les impacts : pour preuve 560 milliards de dollars de recettes de Sonatrach  (non compris les recettes hors hydrocarbures) entre 2000 et juin 2012, dont il convient de dresser le bilan. Malheureusement le constat est amer : l’Algérie entre le 05 juillet 1962 et le 05 juillet 2012 est en plein syndrome hollandais analyse partagée par la majorité des rapports nationaux et internationaux.
2. Les étrangers à travers le travail de leurs ambassades, connaissant parfaitement la situation réelle de l’Algérie. Dès lors pourquoi  des achats par le pouvoir en ce mois e juillet 2012  de pages publicitaires tapageuses à coup de millions de dollars  au moment où des responsables demandent à la population algérienne l’austérité. Car ces publicités souvent contreproductives n’engagent nullement  la rédaction des journaux et l’erreur de ‘l’agence de presse officielle algérienne –APS-  est d’avoir induit en erreur  l’opinion algérienne en mentionnant interview au lieu de publicité. La protestation  des journalistes du quotidien français le Monde  envers  le pouvoir algérien, se réservant le droit de poursuites judiciaires s’ il n’et pas fait mention –publicité- ( ce qui a constitué un mini scandale international ,  nuisible à l’image de l’Algérie)  qui a payé 16 pages publicitaires  reproduites également dans d’autres quotidiens  en Angleterre et aux USA,  l’attestent. On ne doit pas confondre interview qui engage la rédaction de tout journal et la publicité payante qui constitue un monologue d’autosatisfaction  de ceux qui ont payé. Cela signifie que le pouvoir dialogue avec lui-même. Il aurait plus  productif d’inviter la presse algérienne et les correspondants étrangers à un débat avec les Ministres concernés ce qui aurait eu un large impact médiatique. Or il semble que nos responsables soient déconnectées de la réalité, n’ont pas compris les mutations technologiques modernes  et croient qu’avec l’argent on peut tout acheter. Les régimes Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Egypte, Kadhafi en Lybie, et biens d ‘autres dirigeants africains  notamment, ont en  fait les frais.  Pour ma part, et très modestement j’ai contribué à faire connaitre l’histoire de l’Algérie  depuis   la période des Numides, IVe siècle avant J.C   à la période romaine,  de la période du Kharidjisme  à la dynastie des Almohade,  l’occupation espagnole  et  ottomane ,  la colonisation française de 1830 à 1962,  du nationalisme algérien  à la  révolution du 01 novembre 1954,  la  période 1962/2012  et les  perspectives  de l’Algérie, face aux enjeux géostratégiques mondiaux horizon 2015/2020. Ces contributions, en tant qu’expert et professeur d’ Université ,  sont parues tant au niveau international qu’au niveau national dans plusieurs contributions dans des  magazines et  sites  internationaux , sans oublier  la presse et les sites algériens qui n’ont  rien à envier à l’international ainsi que plusieurs commentaires  reprenant ces analyses dans des radios et télévisions internationales francophones, arabophones et anglophones. L’histoire de l’Algérie millénaire et j’ai retracé  l’Algérie de la période  des Numides   à la période romaine ;  de la période du Kharidjisme  à la dynastie des Almohade ; l’occupation espagnole  et  ottomane ; la colonisation française de 1830 à 1962 ; du nationalisme algérien  à la  révolution du 01 novembre 1954 ;  la période 1962/2012  et les  perspectives  de l’Algérie, une transition inachevée, face aux enjeux géostratégiques mondiaux horizon 2015/2020.
En résumé  les  50 ans d’indépendance de l’Algérie, ont été  fêtés dans l’indifférence de la majorité de la population algérienne confrontée à la dure  réalité quotidienne  qui n’a pas compris le pourquoi de ces dépenses somptueuses alors que la misère s’accentue. En voulant donner un bilan euphorique, déconnecté des réalités,  et en plus sous forme de publicité en ignorant les médias nationaux, publicité payante par le contribuable algérien,  car les hydrocarbures sont sa propriété,  ceux qui sont en charge de la communication du pouvoir ont commis une faute très grave, ternissant l’image de l’Algérie,  oubliant  que  nous sommes à l’ère d’Internet. Les images des télévisions internationales interviewant  des citoyens algériens  désabusés ont largement  annihilés cette publicité désastreuse à l’international.  Cela ne signifie pas que les  Algériens n’aiment pas leur pays, ne sont pas  fier de l’indépendance acquise  par  d’importants    sacrifices. Ils attendaient le changement annoncé souvent mais qui ne vient toujours  pas, assistant à des replâtrages  qui ne peuvent que conduire au suicide collectif.  Dans 25 ans avec 50 millions d’habitants,  les Algériens seront sans hydrocarbures.  Cette indifférence reflète,   et les élections du 10 mai 2012 l’attestent avec une  très forte démobilisation populaire, le divorce Etat/citoyens.  Et pourtant le peuple algérien par un langage de vérité, en le considérant est capable de miracles. pour peu  que des réformes structurelles aient lieu, liant démocratie tenant compte de notre anthropologie culturelle  et développement au sein d’un espace  plus intégré, le Maghreb, plus globalement l’Afrique du Nord,  pont entre l’Europe et l’Afrique.

Dr Abderrahmane Mebtoul
Samedi 7 Juillet 2012 - 10:45
Lu 730 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+