REFLEXION

4 ans de prison requis contre le maire d’El-Ancor à Oran

POURSUIVI POUR DILAPIDATION DE 300 MILLIONS DE CTS :

Le représentant du parquet général du tribunal de première instance près la cour de justice d’Oran, a requis quatre (4) ans de prison ferme à l’encontre du président de la commune d’el Ancor, wilaya d’Oran, répondant aux initiales de « M.M », qui a été suspendu de ses fonctions, et poursuivi en justice pour le délit de dilapidation de deniers publics, et passation de contrats non conformes à la règlementation en vigueur.



Le représentant du parquet général a également requis une peine de trois (3) ans de prison ferme à l’encontre d’un entrepreneur qui  a bénéficié du contrat repris dans cette affaire judiciaire. Cette dernière peine a également été requise contre un agent technique dans cette même commune, alors qu’un autre élu a été requis à son encontre un an de prison ferme. La commune d’el Ancor avait bénéficié de projets pour l’assainissement de canalisations d’évacuation des eaux usées dans deux cités différentes, pour un montant de 700 millions de centimes. La commission de marché avait octroyé le contrat pour la réalisation du projet à l’entrepreneur ayant fait acte de poursuites judiciaires. Le projet qui était destiné à une parcelle de terrain bien déterminé, a été délocalisé vers un autre lieu, ce qui a nécessité une rallonge complémentaire d’un milliard de centimes alloué par la wilaya, mais le projet avait culbuté en cours de chemin et ses travaux sont restés inachevés. Cet état de fait a poussé le wali à demander une enquête dans cette affaire, ce qui avait abouti à la découverte d’un trou de 300 millions de centimes représentant 20 % des fonds du projet qui avaient disparus de la circulation. Suite à cette faille, le maire a été suspendu de ses fonctions et présenté devant la justice en compagnie de l’entrepreneur, d’un agent technique et d’un autre élu, après avoir été poursuivis tous les quatre pour le délit de dilapidation de deniers publics, détournement de deniers publics, passation de contrats non conformes à la règlementation en vigueur. 

Touffik
Mercredi 26 Février 2014 - 18:31
Lu 320 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+