REFLEXION

3EME SESSION ORDINAIRE DE L’APW D’ORAN : La collecte des ordures et l’éclairage public au menu



La troisième session de l’assemblée populaire de la wilaya d’Oran s’est tenue dernièrement avec comme ordre du jour, l’évaluation de la rentrée scolaire, la collecte des ordures et l’éclairage public. Ce dernier fait l’objet d’une polémique alimentée par l’APC d’Oran dont le maire fait tout pour se réapproprier la prérogative des concessions au profit du privé. Le président de cette APC n’est pas allé par quatre chemins, lors de la rencontre avec les élus de l’APW, pour réaffirmer sa détermination pour récupérer le siège abandonné de l’ex-régie communale des transports maintenant occupé par l’EPIC ERMESO chargée par décision gouvernementale de gérer l’éclairage public. Une véritable guerre a été constatée et téléguidée par certains cadres et élus de la mairie d’Oran, dont des proches possédant des registres de commerce dans la filière. Les griefs retenus sont la maintenance médiocre des points lumineux. Il est vrai que l’ERMESO n’a pas encore trouvé toutes ses marques, du fait de sa récente prise effective de la gestion en janvier 2013, mais quelques 20.000 sur les 30.000 points lumineux que compte la commune d’Oran, ne fonctionnent pas correctement et c’est la faute à qui? Nous nous sommes rapprochés de l’EMERSO pour en savoir davantage et c’est ainsi que nous apprenons de cet établissement public à caractère industriel et commercial, est en plein réorganisation et gère actuellement les 30.000 points de la ville d’Oran ainsi que les 15.000 de la commune de Bir El Djir. La collecte des ordures, gérée par l’EPIC Oran Propreté sera, elle aussi, a été au centre des débats de l’institution wilayale, d’autant plus que là aussi le maire trouve à redire puisqu’il a affirmé lors de la même rencontre qu’il trouve des difficultés et compte prendre la gestion des concessions, formule qui d’après lui, améliorera la situation précaire qui prévaut actuellement. Que veut dire cette offensive de la mairie? Au point d’aller dans le sens contraire de l’instruction gouvernementale du 10 novembre 2008.  Certains lient cette réaction au départ du wali Boudiaf. La rentrée scolaire n’a pas été en reste puisque là aussi et surtout, des problèmes ont entaché son déroulement et à ce jour des dizaines de parents d’élèves s’agglutinent devant le siège de la direction de l’éducation. Connaissant la verve du nombre d’élus de l’APW d’Oran, ces dossiers ont été à coup sûr, décortiqués et les défaillances seront signalées et même fortement, nous dit l’un d’eux connu pour ne laisser passer aucun détail, quand il s’agit de dossiers touchant à la vie quotidienne des citoyens.    

Medjadji. H
Vendredi 11 Octobre 2013 - 22:00
Lu 120 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+