REFLEXION

31 MAI 2011, JOURNEE MONDIALE SANS TABAC : Le tabac tue en silence

Cette journée, organisée chaque année le 31 mai, est axée autour des dangers du tabac pour la santé et de l’action anti-tabac de l’OMS. Le tabagisme, qui provoque actuellement la mort d’un adulte sur dix sur la planète, est la deuxième cause de décès au niveau mondial.



31 MAI 2011, JOURNEE MONDIALE SANS TABAC : Le tabac tue en silence
L’Assemblée mondiale de la Santé a institué la Journée mondiale sans tabac en 1987 pour faire mieux connaître, partout dans le monde, l’épidémie de tabagisme et ses effets mortels.Elle donne l’occasion de faire passer certains messages spécifiques en matière de lutte anti-tabac ainsi que de susciter l’adhésion à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac. Le tabagisme est la plus importante épidémie évitable que doit affronter la communauté sanitaire.

Le tabagisme en milieu scolaire : 27 % des élèves fumeurs.. !
3 % des élèves du cycle primaire, 12 % du cycle moyen et 27 % du secondaire sont concernés par la cigarette, selon une enquête réalisée par le service des maladies respiratoires au CHU Mustapha Pacha dans des établissements scolaires de la daïra d’Hussein Dey (Alger).

Le saviez-vous ?
L’industrie du tabac rapporte 70 milliards de DA mais coûte quatre fois plus à la Santé publique .Le tabac génère un gain de 70 milliards de DA à l’Algérie mais coûte 280 milliards de DA à la Santé publique selon les spécialistes. Le tabac tue 15 000 personnes/an en Algérie et 3 millions dans les pays occidentaux, sachant que ce nombre est appelé à atteindre 10 millions lors des prochaines années.Le tabac tue 5 millions de personnes par an dans le monde (OMS) .L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé que le tabac tue 5 millions de personnes par an, des suites d’un infarctus, d’un accident vasculaire cérébral (AVC), d’un cancer, d’une pneumopathie ou d’une autre maladie liée à ce fléau.Le tabac est responsable de 90 % des cancers du poumon Le tabagisme est responsable de 90 % des cas de cancer du poumon, affirment les spécialistes.

Les effets mortels de la cigarette sur les fumeurs et leur entourage
La consommation de tabac ne recule pas, en dépit de tous les dégâts qu'elle provoque sur la santé des individus et de toutes les campagnes de sensibilisation.On pourrait se dire que c'est peine perdue que de continuer à en parler, mais il n'est jamais tout à fait vain de sensibiliser épisodiquement la population, même si on ne peut convaincre qu'un petit nombre de fumeurs. Ces derniers n'ignorent pas que la cigarette fait des ravages et tue de plus en plus, alors que la consommation de tabac continue à faire des adeptes, notamment en milieu scolaire. L'image de ces adolescents à peine sortis de l'enfance allumant une cigarette sur le chemin de l'école est courante, et en même temps choquante. Parfois, ce sont des enfants du primaire que l'on aperçoit, la mort dans l'âme, dans cette attitude. Tout en tentant de se soustraire aux regards, et profitant de ce laps de temps entre le domicile familial et leur établissement, des chérubins qui ont encore leurs dents de lait aspirent précipitamment quelques bouffées les unes après les autres avant de se diriger vers l'école, leur «méfait» accompli. Inconscients du danger sur leur santé, ils n'ont pas vu venir l'accoutumance à cette première fois dictée par la tentation et l'envie de faire comme les plus grands.Leurs poumons s'emplissent de nicotine alors qu'ils sont à un âge où leur corps doit se développer sainement. Ce qui est aussi surprenant, c'est l'absence de perspicacité des parents qui ne voient pas leur enfant s'enfoncer chaque jour un peu plus dans une situation critique. De plus en plus nombreuses à rejoindre le rang des fumeuses, les femmes courent, elles aussi, le risque de voir leur santé se dégrader par l'usage de la cigarette. Le tabagisme féminin est d'ailleurs cette année au centre de la campagne de sensibilisation de l'OMS qui axe la Journée mondiale sans tabac sur le thème «Tabac et appartenance sexuelle : la question du marketing auprès des femmes».Comme l'intitulé de son slogan l'indique, cette journée qui sera célébrée le 31 mai prochain ciblera les effets nuisibles des campagnes de publicité visant la gent féminine et du tabagisme auprès des femmes et des jeunes filles. Aussi grave, il faut le dire, est cette tendance qui s'installe dans certains salons de thé «branchés» de la capitale, proposant le narguilé aux jeunes qui fréquentent ces lieux. Filles et garçons s'adonnent à cette mode sans se poser de questions, alors que la pipe à eau, en apparence inoffensive, se révèle d'une très grande nocivité. La réalité est tout simplement ahurissante. Selon l'OMS, fumer le narguilé pendant une heure de temps équivaut à 200 cigarettes par jour, sans parler des maladies que l'on peut contracter par la salive, telles que la tuberculose et l'hépatite virale. Il revient à dire qu'on fume et qu'on se tue à petit feu, tout en tuant les autres. C'est une vérité que beaucoup de fumeurs connaissent et tentent d'ignorer, celle des personnes les entourant qu'ils exposent aux effets mortels de la cigarette. Fumeurs, ne tuez pas nos enfants ! « Etre libre c’est aussi respecter l’autre ». Si tout le monde connaît le rôle majeur du tabac dans la genèse de certains cancers, celui du poumon surtout, mais aussi de la sphère ORL, de la vessie sans - oublier d'autres pathologies : hypertension artérielle, ulcère gastro-duodénal, artérite, etc. - les conséquences du tabagisme passif, en particulier chez le jeune enfant, sont aussi insidieuses que dramatiques. Ainsi, la fumée dégagée par l'extrémité de la cigarette est plus polluante que la fumée inhalée parce que plus riche en goudrons, en oxyde de carbone, en ammoniaque et en substances cancérigènes. Le séjour dans une pièce enfumée pendant quelques heures équivaut à l'inhalation de cinq cigarettes par jour, ce qui augmente considérablement le risque de cancer du poumon 30 ans plus tard.

6% des femmes algériennes fument
Le taux de tabagisme chez les femmes algériennes, toutes catégories d’âge confondues, a atteint 6%, a affirmé le Professeur Farida Skandar, chef de service des urgences respiratoires au CHU de Beni Messous. Dans un entretien à l’APS à la veille de la célébration de la journée mondiale de la lutte contre le tabagisme célébrée le 31 mai, la spécialiste a précisé que le taux de tabagisme chez les femmes en Algérie avoisine celui enregistré dans les pays du tiers monde et les pays de la rive sud de la méditerranée soit 9%, selon les estimations de l’OMS.
Se basant sur une étude réalisée en 2007 sur les familles algéroises, le Pr. Skandar a souligné que la catégorie d’âge de 15-24 ans est la plus touchée par le tabagisme soit un taux de 12%.
Selon l’étude, les filles commencent à fumer en général, à l’âge de 15 ans, et 20% des filles âgées de 16 ans fument régulièrement alors que 50% en deviennent dépendantes à l’âge de 19.Le taux de tabagisme chez les hommes en Algérie reste toujours plus élevé par à rapport aux femmes, estime la spécialiste.Eu égard à sa nature hormonale, l’impact du tabac est plus important sur la santé de la femme que l’homme, notamment sur la santé du fœtus, sans compter les différents cancers liés au tabagisme, les maladies de broncho-pneumopathie chroniques obstructives (BPCO), le risque cardio-vasculaire et la mort prématurée. La spécialiste a également relevé la propagation d’un nouveau fléau au sein de la société algérienne à savoir le narguilé (chicha) dont l’addiction est plus grande par rapport à la cigarette.Le tabac parfumé de la “chicha” qui se consume à 450 degrés contient un taux plus élevé de monoxyde de carbone qu’une cigarette ordinaire (800 degrés), gaz carbonique qui atteint le cerveau et peut provoquer l’asphyxie.
Le “narguilé” est généralement répandu dans les salons de thé et les cafés, des lieux qui favorisent le tabagisme notamment chez les jeunes. Les expériences scientifiques ont démontré l’impact nocif du tabagisme sur la santé du fœtus du fait du gaz carbonique et de la nicotine qui lui sont transmis par la maman, d’où le risque d’avortement et d’accouchement prématuré.

Tabac et grossesse
L'inhalation de la fumée de tabac est toxique dès le début de la grossesse.Parmi les risques, confirmés par de nombreuses études, citons :- les avortements spontanés,- la prématurité,- le faible poids de naissance (- 5 % du poids de nais¬sance attendu) si la femme enceinte est exposée au tabac (et a fortiori si elle fume elle-même !).
Les toxines du tabac pénètrent dans la circulation foetale, intoxiqucant les ovocytes, et peuvent alors provoquer des mutations génétiques responsables non seulement de malformations telles que les becs de lièvre, mais aussi, plus tard, de leucémies et de cancers du système nerveux central.

Tabac et enfants
Les études récentes ont montré que, après la nais¬sance, le tabagisme passif multipliait par deux les risques de mort subite du nourrisson. Sur les voies respiratoires, il augmente le risque d'infections bactériennes (pneumonies à pneumo¬coque surtout), de bronchites et d'otites. Concernant l'asthme, qui touche maintenant 20 % des enfants dans le monde, il aggrave les crises qui deviennent plus résistantes au traitement.

Au total
Le tabagisme passif augmente la mortalité à tous les âges de la vie. Malheureusement, en Afrique, si l'OMS estimait, en 2000, que 29 % des hommes fumaient (et seulement 7 % des femmes), des études conduites en Algérie et en Namibie indi¬quaient que 50 % des enfants de moins de 5 ans étaient victimes du tabagisme passif. La même année, selon l'OMS, 200000 morts étaient attribuées au tabac dans la seule Afrique. Qu'en est- il en 2009 ? L'industrie du tabac, fuyant les règles de plus en plus contraignantes des pays industrialisés, cherche des terres plus favorables : ce sont, bien sûr, les pays en développement et en premier lieu l'Afrique.En 2008, nous ne disposons que de données partielles, mais le chiffre des ventes de cigarettes en Afrique ayant doublé depuis 2000, le pire est à craindre !
Il faut donc bien faire comprendre aux parents que le tabagisme passif dont sont victimes les enfants débute avant la naissance et avant la grossesse. Selon l'OMS, il n'existe pas de niveau inoffensif d'exposition à la fumée de tabac, dont l'action toxique est immédiate.Il est évident que les taux les plus élevés seront trou¬vés à l'intérieur des inaisons : cela signifie que, même si la cigarette est conviviale, les parents, par exemple, ne doivent pas tolérer qu'un visiteur ami continue à fumer devant une femme enceinte ou un enfant.
De plus, dans les cases, les fumées du foyer sont un facteur supplémentaire d'aggravation de l'asthme et de toutes les insuffisances respiratoires chroniques. Il y a peu de temps, les mesures draconiennes des USA et des pays scandinaves faisaient sourire beau¬coup de Français, mais l'amélioration spectaculaire de la santé des enfants observée dans ces pays - diminution des pneumopathies, des otites et des asthmes graves, meilleur sommeil chez le nourris¬son.. - nous prouve que l'intransigeance est payante. Alors, amis infirmiers, à vous d'être convaincants, et... bon courage !Commençons par convaincre dès l'école : de simples tests, comme celui du FUMEUR ARTIFI¬CIEL, réalisé avec une bouteille d'eau, du coton et. .. une cigarette, sont fortement dissuasifs . Nous devons tout faire pour lutter contre le tabagisme passif qui « nuit gravement à la santé » de tous ceux qui le subissent...

Djamila
Mardi 31 Mai 2011 - 11:46
Lu 590 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+