REFLEXION

3000 postes d’emploi disponibles au niveau des entreprises turques installées à Oran



L’intégration de la main d’œuvre locale dans les entreprises étrangères des secteurs des trois ports (Tramway) ou du Bâtiment et des travaux publics (programme des 200 logements RHP à Aïn Beïda), est désormais, la nouvelle politique, prônée par la Direction de l’Emploi afin de résorber le chômage dont le taux avoisine les 14%, selon les derniers chiffres. Le rôle que joue la main d’œuvre algérienne dans la dynamisation de l’économie locale, est un secret de polichinelle. Récemment, le directeur de l’Emploi a demandé à une société turque installée sur le chantier du programme des 200 logements RHP à Aïn Beïda, le nombre exact des algériens qui sont sur le terrain. La réponse ne s’est pas fait attendre, puisqu’il apprendra que plus de 200 algériens occupent ce chantier contre un nombre très minime de Turcs. Le directeur de l’Emploi explique dans ce sens, qu’il s’agit de motiver plus les jeunes à se rabattre vers les créneaux du BTPH. L’intervention du BTPH, à l’échelle locale, reste «accrue» et «permanente» a affirmé le directeur de l’emploi. Ceci, dans le sens où il y a beaucoup de projets à l’exemple des 39.000 logements sociaux. Il s’agit donc, de sensibiliser les jeunes et mettre en exergue les métiers existants, dont notamment le BTPH. Cela reste possible tant au niveau de la formation professionnelle qu’au niveau des postes d’emplois disponibles au sein des entreprises du bâtiment. «Il faut aussi, en même temps, de mettre en valeur les salaires dans ces mêmes entreprises afin de démontrer que ce sont des «métiers porteurs», conclut le même responsable. Selon des chiffres rendus publics dernièrement, par la Direction de l’Emploi, il existe actuellement, plus de 3000 postes d’emploi disponibles dans des entreprises étrangères locales. Il existe de plus en plus d’algériens qui sont recrutés dans le chantier du Tramway.

Medjadji H
Lundi 21 Novembre 2011 - 11:08
Lu 1541 fois
Oran
               Partager Partager


1.Posté par mina le 14/04/2012 17:28
En ce qui concerne le Tramway d'oran, dire qu'ils recrutent de plus en plus des algériens cela n'est pas vrai au contraire ils ont licencié plus de 100 algeriens depuis une année et cela pour les remplacer par les espagnoles qui soufrent de la crise dans leur pay l'Espagne. Moi j'ai travaillé avec eux et j'ai été parmis les gens qui ont été licenciés.

ou est l'inspection de travail; Mr ammar Tou ne fait que visiter à la va vite le chantier mais ils s'enfoutent si si projet important pour la ville d'oran soit réalisé avec la collaboration des citoyen Algérien et oranais.
les sociétés etrangers sucent le sang de l'algerie et nous donnent des salaires minables par rapport avec les salaires des expatriés une différence uncroyable. la prime de pannier d'un espagnol est l'equivalent de 3 fois le salaire de l'employé algérien

est ce noraml?

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+