REFLEXION

3 douars en danger à Ain Nouissy

Les résidents du douar Denden relevant de la commune de Ain Nouissy ne savent plus à quel saint se vouer vu le calvaire qu’ils vivent il y a presque un mois. En effet, ces derniers sont inquiets à cause d’une canalisation des eaux usées qui a été endommagée depuis un mois et qui n’a pas été réparée, formant une grande mare d’eaux usées, et constituant ainsi un vrai danger car cette mare se situe juste en dessus du canal principal du château d’eau qui approvisionne trois douars (Amairia, Hrarta et Denden) en eau potable.



3 douars en danger à Ain Nouissy
Cette situation provoque beaucoup de désagréments pour les riverains surtout ceux voisins de cette mare d’eau usées. Rencontré sur les lieux, un habitant nous a affirmé : « Nous avons alerté les autorités locales (APC, daïra et même la gendarmerie nationale) du vrai danger qui guette les habitants de ces trois douars, parce que si l’eau usée s’infiltre dans la canalisation de l’eau potable alors la ville de Mostaganem et précisément la commune de Ain Nouissy va déplorer des centaines de victimes qui vont être contaminées et exposées à des maladies à transmission hydrique comme (la fièvre typhoïde, choléra…etc ) ». Alors que cette situation dure depuis presque un mois, toutes les autorités et les services concernés, à commencer par l'APC de Ain Nouissy, la daïra, n’ont pas réagi. Ce citoyen nous a ajouté que : « Les autorités jouent le rôle du sourd muet, on s’est adressé à eux plusieurs fois pour qu’ils nous règlent ce problème  afin  d’éviter le pire, mais à chaque fois on  retourne bredouille, ils sont au courant du réel danger, mais ils n’interviennent pas, nous vivons le calvaire depuis presque un mois surtout durant la nuit où l’odeur nauséabonde et les moustiques nous pourrissent la vie», sans oublier que ce trou d’égout à ciel ouvert se trouve juste à côté de la mosquée du douar, alors jusqu’à quand les autorités fermeront elles l’œil sur une catastrophe de cette envergure qui peut causer des dommages irréversibles à des centaines d’habitants et surtout à des petits bambins qui boivent chaque jour de cette eau, il faut empêcher l’irréparable de se produire.

B.Kamel
Vendredi 3 Août 2012 - 23:59
Lu 635 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+