REFLEXION

24 chantiers en souffrance depuis une décennie à Oran

Bon nombre de projets structurant de développement accusent de grands retards dans leur réalisation à l'image de ceux inscrits depuis 2004, ont connu des surcoûts, des dépassements de délais, générant de ce fait une dilapidation de l’argent public. Il existe en effet 24 grands chantiers en souffrance à travers le territoire de la wilaya.



24 chantiers en souffrance depuis une décennie à Oran
Les lenteurs procédurières sont à l’origine des retards dans la concrétisation des grands projets, ainsi que le manque de maturation des études qui ont fait apparaître des contraintes techniques lors de l’avancement des travaux. Ce qui a poussé les autorités locales à décider de recourir à la formule de gré à gré pour la finalisation de plusieurs projets en souffrance. Ainsi, un quota de 8.000 logements destinés à la résorption de l’habitat précaire (RHP) sera accordé à des entreprises étrangères, dans l’espoir d’achever ces logements dans les plus brefs délais. Le chef de l’exécutif de la wilaya avait promis de régler, de façon définitive, la question du logement d’ici juin 2013, car actuellement la wilaya ne dispose que d’un quota de 1.334 unités prêtes à être distribuées en plus de 1.096 autres en cours de réalisation, alors que la demande s’élève à 86.000 dossiers. Un quota supplémentaire de 21.000 logements, dont 13.000 logements sociaux, est inscrit pour la wilaya. Ce dernier a déjà été attribué à des entreprises qualifiées. La réalisation de ces nouveaux logements dans les plus brefs délais est une urgence pour les autorités locales qui veulent éviter, à tout prix, les méandres bureaucratiques, responsables des retards dans le lancement des chantiers. Le recours à la formule de gré à gré nécessite toutefois l’accord spécial du Conseil des ministres. Le ministre de l’Habitat devra ainsi déposer prochainement un dossier détaillé au niveau du Conseil. Les autorités locales ont donné des instructions fermes aux services concernés, notamment la direction de l’Urbanisme et de la Construction (DUC), pour veiller à la concrétisation de ces chantiers en souffrance, devenus de véritables gouffres financiers. Des instructions ont été aussi données aux chefs de daïras et aux maires pour lancer, le plus tôt possible, les procédures d’adjudication pour la sélection d’entreprises pour la réalisation des projets en souffrance s’inscrivant dans le cadre du plan de développement communal PCD. Les délais impartis pour l’étude et le lancement des projets en souffrance seront ainsi réduits au strict minimum. Il s’agit notamment d’accélérer l’élaboration des fiches techniques et des différentes autorisations nécessaires. Le wali s’était engagé à s’attaquer à tous les projets en instance et ceux qui demeurent depuis dix ans en chantier. Il avait promis que tous les retards seront rattrapés et, en même temps, il y aura le lancement de projets structurants dans les secteurs de la Santé, des Travaux publics, de l’Enseignement supérieur et de l’Éducation nationale  et l'ensemble des secteurs confondus pour  ne  pas citer d'autres.

Medjadji H
Jeudi 22 Décembre 2011 - 10:55
Lu 318 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+