REFLEXION

24 cas de SIDA à Mascara et 69 à Ain Témouchent



24 cas de SIDA à Mascara et 69 à Ain Témouchent
Plus de 24 nouveaux cas de Sida à Mascara
On apprend de source proche du secteur de la santé de Mascara que plus de 24 nouveaux cas de séropositivité (SIDA) ont été enregistrés durant l'année 2O11, alors que malgré la campagne menée tambour battant, la wilaya de Mascara ne dispose pas de centre de dépistage où peuvent s'effectuer des analyses qui peuvent être tenues secrètes puisque cette maladie demeure toujours un tabou dans notre pays. Les malades se déplacent vers Oran ou Sidi bel Abbes pour faire un dépistage donc ne peuvent figurer sur nos statistiques. Avec la situation que vit Mascara et ses environs en particulier sur le plan des maisons de rendez vous, le racolage qui se fait sur les places des marchés, le SIDA trouve un champ adéquat pour se développer sérieusement sans que l'on en s'aperçoit.     

69 cas enregistrés depuis 2000 à Ain Témouchent
Les services sanitaires et médicaux  des hôpitaux d’Ain-Temouchent et d’Oran, dans la matinée du 1er décembre 2011, à l’amphithéâtre du centre universitaire d’Ain-Temouchent, ont animé une journée de sensibilisation, au profit des étudiants et étudiantes universitaires, sur les dangers incurables du Syndrome Immunodéficitaire Acquis (SIDA). En présence de Monsieur Bekkouche Abdelmalek directeur du C.U.A.T, des directeurs des départements et des professeurs du centre universitaire, des représentants du mouvement associatif et ceux de la presse. Après une courte allocution d’ouverture de cette journée prononcée par le directeur du centre universitaire, au cours de laquelle il a souhaité la bienvenue à l’assistance, tout en mesurant l’importance que revêt ce genre de rencontre sur la prévention de la maladie du SIDA qui implique la société et plus particulièrement nos jeunes sur les dangers de cette maladie. Les interventions des trois (03) responsables qui dépendent des services épidémiologiques et de la médecine préventive, ont tout d’abord donné un aperçu historique sur le SIDA, sa première découverte, son évolution durant les 04 phases depuis la contamination jusqu’ au décès du patient , la description du VIH, les symptômes ,les causes, ses effets destructifs sur la santé mentale et physique du sidéen, la prise  en charge médicale du malade, le dépistage et la prévention du VIH, les répercussions négatives et déplorables sur l’économie nationale, sur la santé publique, sur la société en général, surtout sur l’individu et sa proche famille. La meilleure solution actuelle , faute de médicaments ou vaccins de prévention contre cette maladie, se marque par les moyens de prévention en utilisant les préservatifs,  en évitant le vagabondage sexuel, la prostitution non contrôlée, la toxicomanie, l’homosexualité, la transfusion sanguine non contrôlée,  la stérilisation des outils et équipements médicaux et dentaires, ect.. Cependant  le dépistage fortement préconisé. Il a été également mis l’accent sur les autres maladies transmissibles telles que la syphilis, la gonococcie, l’hépatite B, les herpes génitaux, mycoplasmes et trichomonas, ect…  Rappelons qu’au niveau de la wilaya d’Ain-Temouchent, 69 cas de Sida sont enregistrés depuis l’année 2000,  dont  11 durant l’année 2011, selon les informations recueillies, par contre à l’échelle nationale, 6615 cas sont enregistrés dont  600 cas s’ajoutent annuellement. Le centre régional médical de la prise en charge des malades atteint du SIDA d’Oran, accueille, quant à lui, 02 cas par semaine  soit 154 cas par année. Cette maladie touche plus particulièrement les jeunes de 15 à 24 ans, et plus particulièrement les enfants innocents  un débat s’est instauré parmi l’assistance s’articulant autour de cette maladie, ses causes principales, ses effets, ses répercussions, les moyens de prévention, la prise en charge du malade, le traitement, sa pandémie, la prostitution contrôlée, l’hémophilie,  la prise de dispositions de prévention durant l’extraction des dents au niveau des dentistes, la multiplication de ce genre de  rencontres à caractère scientifique et préventif au niveau des établissements scolaires et universitaires, des  foyers des jeunes, l’implication du mouvement associatif, de la mosquée ect.. Un impact favorable et certain a été perçu parmi l’assistance qui a mesuré l’importance de la prévention de cette maladie du siècle.

B.Boufaden et B.Abdelgheffar
Vendredi 2 Décembre 2011 - 20:48
Lu 971 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+