REFLEXION

21 familles dans la rue suite à un effondrement à El Hamri



L’effondrement d’un mur de 10 mètres de longueur et de 03 mètres de hauteur, dans l’avenue de Lamur, dans le quartier d’El Hamri, relevant de la commune d’Oran a fait, dans la matinée d’avant-hier, 07 blessés, apprend-on de sources officielles relevant de la protection civile. Il s’agit du mur d’un immeuble, menaçant ruine, occupé par 21 familles, qui s’est effondré sur les familles vers les coups de 04h du matin dans cette journée de jeudi, nous dira l’une des victimes. Sitôt avertis, les éléments de la protection civile se sont dépêchés sur les lieux du sinistre, et ont procuré les soins nécessaires aux personnes blessées. Par ailleurs, et selon les habitants de cet immeuble, ils ont tenté, à maintes reprises de contacter les services de la wilaya, de la daïra et ceux de l’APC d’Oran, mais aucun responsable ne s’est déplacé pour les rencontrer, à part ceux du secteur  urbain d’El Hamri, et à leur tête, le directeur du secteur M.Chlaoua et son bras droit Mehdi, qui ont pris le problème très au sérieux, sachant que c’est uniquement eux qui sont au courant du réel danger qui le vivent. Une fois leur mission accomplie, les responsables du secteur urbain d’El Hamri sont retournés à leur bureau pour dresser leur rapport sur la situation, mais les victimes de cet effondrement ne se sont pas arrêtées là. Ils ont continué à contacter la wilaya dans le but de faire bouger le wali Boudiaf pour qu’il vienne leur rendre visite, ainsi que le chef de la daïra, mais rien à faire. C’est à ce moment là que les habitants ont décidé de couper la route principale du boulevard Ahmed Benabderrazak à la circulation, pour faire entendre leur voix. Ayant remarqué cela, les services de l’ordre ont, sur le champ, été informés de cette situation, qui commença à dégénérer, et se sont tout de suite rendus sur les lieux pour essayer de prendre la situation en main.  Mais rien à faire avec les protestataires, ils continueront toujours leur manifestation, durant toute la journée de jeudi et dans la matinée d’hier. A l’heure où mettons sous presse, notre rédaction a tenté, durant toute la journée de jeudi et la matinée de vendredi, de contacter les services de la wilaya et ceux de la daïra d’Oran pour avoir des explications concernant l’avenir de ces 21 familles, qui du jour au lendemain, se sont retrouvées dans la rue, dans un froid de canard, mais aucun responsable n’a voulu répondre à  leurs appels.        

A.Yzidi
Dimanche 27 Novembre 2011 - 10:21
Lu 326 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+