REFLEXION

200 familles de Hai Bouamama interpellent le wali d’Oran

Le ton est monté la semaine dernière chez quelque 200 familles habitant des constructions recensées comme étant illicites au secteur Haï Bouamama. Les représentants de ces familles se sont rassemblés devant le siège de ce secteur pour exiger de la commune d’Oran une «autorisation» qui leur ouvre droit à un branchement d’électricité.



Contacté par nos soins ce jeudi, un représentant du maire d’Oran, M.Aouad, a souligné que les services de la Sonelgaz ont jugé bon de couper le courant au niveau de ce paté de constructions recensées par la commune comme étant illicites. Selon lui, la société de l’électricité a demandé aux occupants des lieux, au nombre qui avoisine quelque 800, d’après certaines estimations, de formuler une demande d’autorisation auprès de la commune pour le branchement du courant. Cependant, ce responsable qui a soulevé ce problème à la wilaya, donne l’impression de ne pas bien décoder l’attitude de ces habitants qui, selon lui, exigent de la commune de commettre du faux. Selon lui, ils veulent qu’elle leur délivre une autorisation pour «légaliser» un branchement de l’électricité alors que, a insisté ce responsable, «leurs constructions sont considérées en majorité illicites». Pour comprendre le fond du problème, il semble que la Sonelgaz et la commune font face à un vrai dilemme. La sempiternelle question serait de savoir s’il faudrait autoriser, à titre exceptionnel, un branchement de courant provisoire de ces constructions en attendant la clarification de la situation de ces familles. La période hivernale en effet bat son plein. Ces habitants ont besoin du courant. En tous cas, croit-on savoir, ce problème a été soulevé dernièrement à la wilaya et est en passe de connaître un dénouement.

Medjadji H
Mardi 6 Mars 2012 - 10:52
Lu 424 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+