REFLEXION

19 cas de suicide depuis le début de l'année 2015 : Alerte au suicide à Mostaganem

Une personne suicidaire n'apparaît pas nécessairement comme déprimée, sous un extérieur joyeux peut se cacher une grande tristesse, c’est pourquoi il faut suivre attentivement le comportement de ces personnes déprimées et qui voient en la mort, la seule issue de secours. Nous sommes tous responsables, pères, mères, enseignants, employeurs ou amis et notre devoir est d’aider ces personnes à retrouver leur vie normale…



Dix-neuf personnes ont recouru à l'acte extrême, en se donnant la mort au cours de l'année 2015 à Mostaganem. Les chiffres confirmés par la direction de la protection civile révèlent également que le nombre des tentatives se compte par centaines et que le phénomène n'épargne aujourd'hui aucune couche ou catégorie sociale. Ainsi, le phénomène du suicide prend de l’ampleur dans la wilaya de Mostaganem et donne à réfléchir quant aux mesures urgentes pour remédier à cette horreur qui détruit chaque année des dizaines de nos jeunes et adultes pour des futilités. En effet, le dernier bilan de la Protection civile fait état de 19 cas de suicide consommés dont huit femmes et 43 tentatives avortées. La balance penche du côté du sexe féminin, avec 26 cas enregistrés contre 17 côté sexe masculin et les sujets vivant dans des habitations collectives avec 88% contre 12% chez les sujets vivant dans de bonnes conditions.Le suicide est rarement motivé par une recherche de la mort en soi : il vise d’abord la fin d’une souffrance. C’est pourquoi, le plus souvent, il est susceptible de répondre à une forme de prévention et c’est le devoir de tout le monde, les spécialistes dressent le pourquoi et le comment une personne se livre froidement à la mort comme dernier recours après avoir consommé toute espoir de trouver une solution à son problème.
Signaux d'alerte
Les signes changent d'une personne à l'autre. Détecter des signes avant-coureurs d'un passage à l'acte suicidaire est une tâche particulièrement difficile vu la complexité de la problématique suicidaire elle-même.  Cependant, la pratique montre qu'un nombre important de personnes ayant tenté de se suicider ou de personnes décédées par suicide avaient montré des signes précurseurs ou tout au moins avaient tenté d'exprimer, parfois de manière détournée ou maladroite, leur souffrance et leur détresse.Des exemples de phrases susceptibles peuvent cependant témoigner d'une détresse suicidaire, comme : "Je veux en finir" - "Je n'en peux plus" - "La vie n'en vaut plus la peine" - "Vous seriez mieux sans moi" - "Ma vie est inutile" - "Je vais faire un long voyage». En plus de ces messages directs ou indirects, il existe une série de comportements qui peuvent signaler ici aussi une souffrance psychique importante, comme, l'isolement, le retrait, un retrait scolaire ou professionnel, l'absence de réaction à la perte d'une personne proche par exemple, et enfin, une consommation abusive d'alcool ou de médicaments.  De même, différentes situations dans notre vie quotidienne, synonymes de changements (perte d'emploi, situations de séparation ou de divorce, des situations de perte ou de deuil, sont généralement, chez certains, de risque accru de passage à l'acte suicidaire.

 

Flih S.
Samedi 26 Septembre 2015 - 17:06
Lu 553 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+