REFLEXION

18 février 2009 Journée nationale du Chahid : Commémoration et survivance de la mémoire collective.

L'histoire du chahid en Algérie et dans chaque région du pays, revendique sa place dans l'histoire pour marquer les époques, dans l'exemple révolutionnaire qui aura statué par sa notoriété et celle des hommes qui auront accompli l'impossible par l'œuvre ineffaçable prédestinée aux générations montantes.



Aussi, est il extrêmement intéressant de projeter un esprit ouvert, sur le passé de cette nation Algérienne à même ses fondements et son arabité qui a de tout temps enrichit la diversité ethnique et linguistique, dans ses différences qui aura réuni notre peuple dans l'adversité et le combat contre l'oppresseur. Ce pays qui a connu la colonisation  dans les pires moments s'est rassemblé dans sa destinée   historique  par les liens  originels qui auront marqué l'universalité. L'histoire de ce pays et de ces hommes côtoient les Mille et Une Nuits, et a éveillé  dans le passé les imaginations des tenants d'une Algérie Française, et d'une colonisation que la soif d'aventure a fourvoyé.  L'Algérie révolutionnaire donnera toujours  une image éloquente, de ses paysages et de ses contrées d'espérances tel un eldorado inaccessible, pour qui ses enfants  se sont battu. Le peuple Algérien  dans toute sa grandeur, et ses régions s'est unifié dans la lutte : les Aurès, l'Ouarsenis, le Dahra, tous se sont illustrés par l'exemple et le courage des hommes disparus, pour nous souvenirs d'eux en cette journée commémorative, et se rappeler aux vivants.

A l'instar des autres régions du pays, la capitale du Dahra sera au rendez-vous pour commémorer ses enfants par la célébration de cette journée sous le haut patronage de Madame Le Wali. En cette occasion, l'association « El Khawarizmi », organise  une conférence historique sur le Chahid  « Docteur Belarbi Abdelkader, dit Si Kaddour » Ce 18 février consacré au chahid sera célébré à Mostaganem, et en Algérie dans son évocation mémorable, pour avoir porter la révolution à son apogée. La journée du chahid signifie le recueil collectif  du peuple,  pour tous ces martyrs qui se sont sacrifiés au nom de l'idéal et écrit avec leur sang une page importante de l'histoire de ce pays. Le Chahid  est le symbole de la lutte de libération nationale à qui revient le mérite d'avoir été présent dans les moments les plus difficiles. Combien de nous, aujourd'hui seraient à même de connaître l'importance de cette journée, pour méditer le temps de cette commémoration, en reconnaissance du devoir accompli par le chahid. Ce pays si cher pour ces hommes qui ont consentis leurs existences, pour son   indépendance,  a coûté des sacrifices, des efforts colossaux et des vies humaines pour recouvrir une  liberté chèrement payée. Cette nation maîtresse exigeante, brûlante et insatiable, a vu des hommes relever le défi et  s'attacher au sol conquis par les colons et qui a toujours été le fruit des  convoitises à travers les siècles. Son histoire rejoint  celle des hommes, mort ou vivants, qui ont lutté pour la libérer de 132 ans  de joug colonial. L'Algérie doit  se raconter au nom de tous ses fils qui ont donné leurs vies pour remonter très loin, aux nombreuses  batailles livrées, aux insurrections et aux soulèvements à chaque échéance, depuis des siècles pour n'être jamais que l'histoire des invasions, que le pays a subie. Voilà pourquoi l'Algérie doit présenter, son histoire fièrement sous la forme d'un album à consulter afin de se souvenir de ces hommes. Cette terre Algérienne,  aura inspiré un amour exclusif et passionnel, pour avoir connu souvent des épisodes dignes de scènes homériques et servies de théâtre à d'inoubliables épopées. Grâce à ce chahid voici maintenant une Algérie libre en figure de vitrail, distincte de celle qui défraye la chronique des faits divers d'aujourd'hui et que l'on dénature à tout bout de champ. Ce pays par sa richesse historique présentera toujours d'autres facettes, les unes plus étonnantes que les autres mais se sera celle du pays réel. Sa mémoire est liée aux grandes civilisations qui y ont laissé leurs empreintes : Phéniciens, Romains, Germains, Grecs byzantins, Ottomans, Espagnols et Français. La France a voulu inclure cette terre ancestrale dans sa partie charnelle  croyant y  demeurer à jamais et qui a coûté au peuple Algérien un million cinq cent milles chahids. Les invasions successives, qu'a connue l'Algérie auront  laissé d'ineffaçables témoignages qui attestent de cette   présence étrangère depuis des siècles  et de la lutte d'un peuple déterminer à chasser l'envahisseur.  Tant de ruines grandioses, de témoignages architecturaux, de traces épigraphiques, d'apports linguistiques toujours vivants, pour témoigner de leurs passages. Cependant tout ce passé chargé ne fera que renforcer la conviction des hommes ; qui  auront donné à la révolution du 1er novembre 1954 une dimension digne, des grandes nations pour devenir l'exemple révolutionnaire pour tous les peuples épris de liberté, faisant  de ce pays un maillon indispensable de la civilisation. Cette commémoration du chahid, nous fait revivre certains épisodes occultés dont les conséquences se font encore sentir aujourd'hui. Une leçon à retenir, pour les générations  et une incompréhension de la part de la très grande majorité de la population des régions, qui s'aperçoivent de cette défection historique des hommes, par l'affaiblissement de la mémoire collective et du  particularisme qui va  à l'encontre de l'unité de la nation. Le 1er novembre date phare de la révolution, ou le 8 mai 1945 qui rappelle la barbarie Française, ou encore le 5 juillet qui exalte les valeurs de la révolution Algérienne soumise aux contraintes par les préjugés et l'exclusion d'autres faits marquants, pour n'en tenir aucun compte, des régions et des hommes qui sont amoindries parfois intentionnellement,  mais aujourd'hui il ne suffit plus d'exprimer ou exiger mais avoir une vision de proximité des faits survenus par  les évènements qui se sont passé et dont les survivants revendiquent pour leurs frères tombés au champ d'honneur et au nom du combat de tous les   hommes,  l'écriture de l'histoire dans son intégralité. Demander aujourd'hui aux historiens de fournir un effort particulier, pour rassembler les éléments d'une épopée Algérienne qui serait à même de donner les réponses d'une tragédie vécue que seul le moudjahid vivant peut détenir. La journée du chahid est significative et se doit d'être le vecteur d'une nouvelle approche pour notre peuple, afin de prendre acte du geste de ces hommes, qui ont été à l'avant garde d'un combat sans commune mesure et inégale avec l'une des armées qui est parmi les plus  puissantes du  monde.  Il est temps de faire connaissance avec nos chouhada et revoir l'histoire dans son ampleur, pour le lègue générationnel, enfin  se permettre une réflexion profonde sur la signification mémorial qui offre la possibilité à notre jeunesse et à nos enfants  d'apprendre l'histoire de la nation sous tous ses aspects avec l'éventualité même de visiter des lieux historiques, afin  de rassembler sur le plan national un programme pédagogique et saisir l'occasion de ces moments et de  chaque évènement important pour ne pas oublier et attirer l'attention.  L'histoire de la nation doit tenir une place primordiale par l'initiative qu'adaptera chaque lieu dit, pour aller à la rencontre de ces hommes encore vivants dans nos mémoires, qui par leur sacrifice  sont les témoins de l'histoire de l'Algérie.  Avant qu'il ne soit trop tard, le moudjahid, qui a survécu à ses frères de combat reste aujourd'hui, le témoin direct de l'histoire de la révolution et se doit d'apporter sa  contribution à l'enrichissement de ce patrimoine historique et celui  de la mémoire nationale au nom de ce compagnon disparu, pour la collecte des éléments constitutifs dans un esprit que pourrait animer la recherche, l'étude et la création d'une commission chargée de réfléchir aux moyens de modernisation et de prospection sur le passé, dans une approche nécessaire des évènements pour les replacer dans leur contexte véridique. A cet effet, la Wilaya de Mostaganem a inscrit dans son programme plusieurs manifestations   pour cette journée du Chahid. La journée du 17 février est consacrée à l'exposition de photographies, livres et projections vidéo, au cours de la 2° journée, il est prévu la levée des couleurs nationales en hommage au Chahid, suivie d'une conférence animée par Le président de l'association « El-Khawarizmi », la  secrétaire générale, les directeurs de campus universitaires, et associations estudiantines, ainsi qu'une rencontre avec la famille du Chahid Belarbi Abdelkader, les compagnons du Chahid et la famille révolutionnaire de la wilaya. Pour la troisième journée, une  visite guidée sera organisée, où la délégation se rendra   au camp de la mort, et au musée du Chahid à Sidi Ali.


Réflexion
Mardi 17 Février 2009 - 22:31
Lu 423 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+