REFLEXION

18 ans de prison ferme contre un ex-cadre d’Algérie Télécom et un homme d’affaires



Une peine de dix huit ans de prison ferme et une amende de cinq millions de dinars ont été prononcées mercredi par le tribunal du pôle judiciaire d’Alger contre un ex-cadre dirigeant d’Algérie Télécom et un homme d’affaires algéro-luxembourgeois, accusés de transactions douteuses et blanchiment d’argent.Le verdict dans le procès de l’affaire d’un ancien cadre dirigeant d’Algérie Télécom et d’un homme d’affaires Belgo-Luxembourgeois est tombé ce mercredi au tribunal du pôle judiciaire d’Alger.Ainsi une peine de  18  ans de prison ferme et une amende de 5  millions de dinars ont été prononcées à l’encontre de l’ex-cadre dirigeant d’Algérie Télécom, Mohamed Boukhari et l’homme d’affaire Chami Madjdoub. Ils étaient poursuivis pour les chefs d’accusation :  transactions douteuses et blanchiment d’argent.Selon l’accusation, les deux mis en cause ont été jugés pour avoir été auteurs, durant la période de 2003 à 2006, de nombreuses transactions  douteuses et blanchiment d’argent au préjudice d’Algérie Télécom. Le même tribunal a également décidé de saisir les biens de Mohamed Boukhari au Luxembourg ainsi que ses comptes bancaires.Trois cadres de deux sociétés Chinoises ZTE Algérie et HUAWEI Algérie, Dong Tao, Chen Zhibo et Xiao Chuhfa, en fuite, ont été condamnés par contumace à la peine de 10 années de prison ferme pour trafic d’influence. Alors que les personnes morales qui sont les deux sociétés en question, le tribunal leur a infligé une amende de 3 millions DA chacune ainsi que leur exclusion des marchés publics pour une période de deux  ans pour corruption et trafic d’influence. Pour rappel, l’affaire a éclaté à l’occasion de l’instruction entamée dans le cadre du dossier de l’autoroute Est-Ouest suite à une commission rogatoire internationale qui a conduit le juge d’instruction de la 9ème chambre près du pôle judiciaire de Sidi M’Hamed au Luxembourg. L’instruction a ainsi permis de révéler que Mohamed Boukhari et chami Madjdoub avaient perçu des « pots de vins à l’étranger (Luxembourg) en relation avec des transactions douteuses (en matière de télécommunications et d’Internet) conclues par Algérie Télécom et les deux sociétés Chinoises ZTE Algérie et HUAWEI Algérie ».Les sociétés ZTE Algérie et HUAWEI Algérie avaient versé en contrepartie de ces transactions avec Algérie Télécom des « commissions » au profit de deux sociétés de consulting appartenant à Boukhari et Chami dans des comptes « offshore » ouverts au Luxembourg.      

Nadine
Jeudi 7 Juin 2012 - 12:26
Lu 387 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager


1.Posté par dahdoiuh le 07/06/2012 13:51
quant est que en va lire article titré "vers la dissolution d’Algérie télécoms" par ce que sa chiffre la connerie

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+