REFLEXION

170 000 tonnes de médicaments périmés



Selon le secrétaire général du syndicat des pharmaciens algériens, plus de 170 000 tonnes de médicaments périmés sont actuellement stockés au niveau des officines pharmaceutiques à travers le territoire national. La quantité est considérable et devait être incinérée conformément à la règlementation régissant les procédures d’incinération des produits pharmaceutiques. Le plus horrible dans cette affaire, c’est pourquoi a-t-on laissé la situation pourrir jusqu’à atteindre cette quantité qui va tout droit vers l’incinérateur. Cela représente certainement des sommes colossales qui partiront en fumée. Pourquoi n’y a t-il pas par exemple un programme national destiné à injecter ces médicaments avant leur péremption, dans des circuits où l’on peut les utiliser aisément, là où le manque se fait sentir à l’image des centres de vieillesse, des établissements pénitentiaires et même au profit des hôpitaux. Parfois, il y a de quoi être dingue. Au moment où des dizaines de tonnes de médicaments sont jetées, le nombre de nécessiteux et de malades chroniques ne cesse d’augmenter, faute de soins et de médicaments appropriés. C’est ce qu’on appelle un pays aux paradoxes.

. .
Lundi 26 Avril 2010 - 10:46
Lu 348 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+