REFLEXION

15 haraga condamnés à 2 mois de prison par le tribunal de Mostaganem



15 haraga condamnés à 2 mois de prison par le tribunal de Mostaganem
Le sujet alimente la majorité de leurs discussions. S’ils ne jurent pas tous que par el-harga, chose est sure, les jeunes de la wilaya de Mostaganem qui se fait un nom parmi les férus de l’Europe à tout prix, suivent tous les quotidiens échos de l’immigration clandestine.
Pas mal de groupes de haraga ont été interceptées durant la semaine écoulée dans la wilaya de Mostaganem au large de la mer. Et en dehors de ceux qui ont réussi à esquiver les rondes de la gendarmerie et des gardes de côtes et dont certains ont contacté les leurs vendredi et jeudi selon nos informations, plus de 70 jeunes et moins jeunes interpellés. La semaine en cours sera bien chargée pour le tribunal et devra voir passer bon nombre d’audiences avec comme héros, les haragas. Pour la première vague, s’agissant des 15 haragas dont une femme, arrêtés dimanche dernier à 04 heures du matin par une brigade de la marine, suite à une information filée par la section d’intervention et de sécurité (saaîka) sur la base de déclarations de leurs camardes victimes le même jour, d’un guet apens sur la plage de Chaâybia (commune de Abdelmalek Ramdan à 30 kilomètres à l’est du chef lieu de wilaya) ; le procès s’est tenu jeudi. Les 15 personnes inculpées d’immigration clandestine, ont argumenté leur tentative de harga en raison de leurs malheureuses conditions sociales. Chômeurs de longue durée, issus de familles nécessiteuses, l’ensemble a donc plaidé les conditions de misère qu’ils galvaudent en dépit des nombreuses tentatives de recherche d’un travail décent au bled, avec dossiers à l’appui pour certains. En fait, il faut dire que même si l’immigration clandestine étant désormais criminalisée par l’Etat, le jury certes n’a pas été austère. Sa sentence n’a pas été le cas des 5 ans comme le stipule la peine maximale prévue pour les immigrants clandestins. Le tibunal a tout de même tenu à condamner les 15 haraga déférés à 2 mois de prison et à une amende de 4 millions notamment. De quoi laisser ces jeunes méditer quant à leur tentative avortée. Les concernés avaient payé leur ‘one ticket’ à raison de 7 millions et au demeurant, les refoulés ou les haragas interceptés au bled, ne semblent pas s’y faire au langage de la sanction : le créneau de la harga connait désormais le récidivisme à l’ombre du chômage et de la misère !


B. Abderrahmane
Samedi 10 Octobre 2009 - 23:20
Lu 1397 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+