REFLEXION

11 ans après, un tribunal français se souvient

L’AFFAIRE DE L’ASSASSINAT DE MOHAMMAD AD-DORRA ET DE SON PERE PAR L'ARMEE ISRAELIENNE

Il y a onze ans le journaliste français, Charles Enderlin, était présent lors de la fusillade avec son cameraman palestinien, Talal Abou Rahma, et avait filmé la mort de Mohammad Ad-Dorra, 12 ans qui a été tué le 30 Septembre 2000 par les soldats israéliens.



11 ans après, un tribunal français se souvient
Il sera accusé d'avoir fabriqué la vidéo, malgré le fait que le tournage a eu lieu en plein jour devant plusieurs personnes et journalistes.  Mohammad Jamal Ad-Dorra est né le 22 Novembre 1988 et a été abattu le 30 septembre 2000. Lui et son père lorsque les tirs ont commencé, ils ont essayé de s'abriter derrière un baril de béton et le père avait essayé d'indiquer aux soldats israéliens qu'il était un civil en compagnie d'un enfant, mais malgré cela ils ont été abattus par plusieurs séries de tirs.  Deux semaines après le tournage, le cameraman Talal Abou Rahma de France 2, a signé un manifeste déclarant que les soldats israéliens ont ouvert le feu délibérément sur l'enfant et son père. Il a en outre déclaré que les soldats tiraient en direction de l'enfant, "non pas une, mais plusieurs fois". Ad-Dorra a été tué quelques jours seulement après le début de la seconde Intifada palestinienne. Le journaliste de France 2, Charles Enderlin et son cameraman palestinien, Talal Abou Rahma, ont mené une enquête approfondie sur la fusillade et indiqué que ce sont des images originales qui ont montré que ad-Dorra et son père ont été tués par des soldats israéliens. L'image austère de la vidéo d'un père abritant son enfant, puis être abattu, est bien connue au niveau international et est représentative de la tendance de l'armée israélienne à cibler des civils.. En 2004, Philippe Karsenty, le chef de «l'Évaluation des médias» a publié plusieurs rapports et vidéos dédiés à nier la fusillade mortelle et affirmé que l'enfant "n'a pas été tué et qu'il a été vu sur un marché de la bande de Gaza achetant des tomates ". En 2007, une plainte a été déposée contre France 2, alléguant que la vidéo a été fabriquée. En réponse, la chaîne française a déclaré que le procès est une tentative de détourner l'attention du monde des souffrances humanitaires réelles des Palestiniens.  En Novembre de la même année, France 2 a poursuivi Philippe Karsenty pour diffamation, après qu'il a ouvertement accusé l'agence de "diffusion d'un canular ", France 2 a remporté la partie mais Karsenty a fait appel et le tribunal a exigé de voir le film complet.  France 2 a immédiatement présenté une séquence vidéo de 18 minutes de la fusillade mortelle, mais la cour d'appel n'a pas examiné le contenu de la vidéo et d'autres preuves de la fusillade, malgré que celle-ci ait demandé à visionner la vidéo.  Au lieu de cela, la cour d'appel a rejeté l'accusation de diffamation, en disant que Karsenty avait "exercé son droit à la critique, et n'a pas abusé de ces droits».  France 2 interjeté appel du rejet et la question sera délibérée par le tribunal en février prochain.

Riad
Samedi 7 Janvier 2012 - 20:48
Lu 1139 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+