REFLEXION

07 surveillants pour les candidats libres et 05 pour les scolarisés à Oran


C’est une terrible tragédie qui pourrait se passait cette année, et les résultats du BAC 2012 pourront être catastrophique, à Oran comme au niveau du territoire national, et cela à cause du nombre de surveillants qui seront installés dans chacune des classes des centres concernés par le BAC.



En effet, et selon un membre du syndicat « SNAPEST », le ministère de l’éducation nationale ne cesse de dépasser ses limites, en imposant de nouvelles lois, qui ne servent à rien. D’après notre même interlocuteur, les candidats libres se verront surveillés par 07 professeurs, alors que les scolarisés et les candidats par correspondances verront 05 surveillants devant eux. « Ce ne sont ni des criminels ni des malfaiteurs, ni des voleurs. Ce sont des élèves qui veulent passer un examen » nous affirmera notre syndicaliste, avant de continuer et de dire que l’année dernière, le nombre des surveillants des candidats libres durant la session du BAC 2011 était de 05 surveillants par classe, et c’est ce qui a créé une certaine déconcentration chez certains candidats, surtout que quelques professeurs n’ont pas du tout respecté le fait qu’un candidat soit déconcentré, sachant que leurs téléphones portables n’arrêtaient pas de sonner. D’autre part, les promesses de Benbouzid n’ont pas été tenues, sachant qu’il avait affirmé, il y a quelques mois, que les candidats au BAC 2012 bénéficieront d’une demi-heure supplémentaire dans chaque matière, chose qui ne parait pas dans les emplois du temps du BAC de cette année. « Je me demande pourquoi le président de la république a laissé Benbouzid à la tête du plus sensible des secteurs, l’éducation nationale !». Pour leur part, des candidats au BAC 2012 nous ont affirmé qu’ils passent des nuits blanches à réviser et faire l’impossible, pour qu’ils obtiennent leur BAC. Questionnés à propos du nombre des surveillants, ils nous répondront  en  toute modestie « même si le gouvernement va installer 10 surveillants par classe, nous ne pouvons rien faire, car nous n’avons aucun pouvoir contre le gouvernement. C’est lui qui décide de tout ». Alors, il ne nous reste qu’une seule chose à faire, c’est de souhaiter  bonne chance à tous les candidats du BAC, sans oublier ceux du BEM.

A.Yzidi
Dimanche 27 Mai 2012 - 14:43
Lu 273 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+